Le Figaro a interrogé Anna Mazas sur la mode tatouage et sur les véritables significations de ces dessins d’encre sur la peau.

Anna Mazas

©T. de Saint-Chamas

Décomplexé, il séduit les baroudeurs, les jeunes filles, les garçons dans le vent comme les marques de beauté.

«  Je ne porte pas des tatouages pour paraître rebelle ou rock’n’roll, confie Renzo Rosso, le PDG du groupe Diesel. Chacun d’entre eux (ses initiales sur les phalanges, un Indien Mohawk sur l’épaule, « Only the brave » sur la cheville, NDLR) raconte une partie de mon histoire, signe sur mon corps les épisodes de ma vie et révèle mon âge… un peu comme mes rides. D’ailleurs, j’ai fait mon premier dessin à 50 ans.  » 
Ce jour-là, il présente à Paris, lors d’une conférence de presse, son dernier parfum masculin. Le nez, Alberto Morillas, fait sentir Only The Brave Tattoo non pas sur des mouillettes, mais directement sur peau – celle d’un jeune homme, torse nu et criblé de tatouages. Le flacon a été gravé par le tatoueur californien Mister Cartoon, star de la profession. Et Diesel ne se contente pas de filer la métaphore sur le packaging : Morillas parle d’un accord «  évoquant le contact métallique d’une aiguille, rendue par une molécule high-tech (le Norlimbanol), sur la peau chaude (patchouli, benjoin, narguilé) ». 
C’est sophistiqué, très viril : avec cette nouvelle fragrance, le label entend séduire un homme plus mûr que son client habituel. Paradoxal, non ?

Lire la suite sur le site du Figaro


Le cabinet de tendance Peclers a interviewé Anna Mazas, l’auteur de « Life Under My Skin, 40 portraits de tatoués ».

Longtemps restée l’apanage des marginaux dans l’imaginaire collectif, la pratique du tatouage semble depuis quelques temps être entrée en phase de démocratisation (de banalisation ?) depuis son accession aux podiums : de Chanel et ses tattoos éphémères en passant par Mugler et son égérie Rick Genest tatoué de la tête aux pieds ou, dans une moindre mesure la top Freja Beha, le tatouage s’installe lentement mais surement dans le paysage visuel et attire un nombre toujours plus importants d’adeptes ou d’amateurs, bien au-delà des sphères traditionnelles…

Lire la suite sur le site de Peclers…


Découvrez le monde du tatouage comme vous ne l’avez jamais vu ! MkF éditions s’associent aux éditions de Conti et à Diesel pour publier Life Under My Skin, 40 portraits de tatoués, par Anna Mazas.

Avec près d’un Français tatoué sur dix, le tatouage est devenu un véritable phénomène de société. En moins de 20 ans le nombre de studios de tatouages est passé d’un trentaine dans les années 1990 à près de 1 500 aujourd’hui.
Au-delà du phénomène de mode, le tatouage reste une pratique intime, personnelle, et tout à fait singulière. Symboliques ou purement esthétiques, tout à la fois ostensibles et profondément
personnels, les dessins sur la peau révèlent le rapport singulier du tatoué à son tatouage. Comme le remarque l’auteur, Anna Mazas : « À l’ère du corps-stéréotype, le corps tatoué est un corps qui s’exprime et revendique sa liberté avec audace, pour lui et pour les autres ».

À travers l’œil de dix photographes, 40 personnalités, de générations différentes et du monde entier, se racontent et témoignent de leur relation à cet art si particulier, cette peinture sur le vivant.
Le livre nous laisse effleurer la peau de ces personnalités, toutes plus originales et différentes les unes que les autres (mannequin aux tatouages subtils, vrai dur à cuire recouvert des pieds à la tête, petite punkette rebelle ou cinquantenaire assumé), et nous fait voyager de Paris à Buenos Aires, des quartiers populaires de Bruxelles aux rues d’Osaka, en passant par les marchés de Camden à Londres.

Leurs pièces et les mots qui accompagnent ces portraits sont autant d’éléments de réponse apportés à la question que beaucoup peuvent se poser : “Pourquoi le tatouage ?”.

24,90 Ajouter au panier